La lecture : textes de Joseph Zinker

Joseph Zinker : une introduction

Cet écrit est l’introduction à un recueil d’articles publié par Gestalt-Académie en 1994, il est également paru en 2006 chez L’Harmattan dans Le thérapeute en tant qu’artiste .

J’ai récemment animé un groupe de Gestalt-thérapie au sein duquel deux personnes s’affrontaient à propos d’un problème les divisant. Un nouveau membre du groupe avait l’air craintif et demanda : "que faire" ..., "c’est le silence", cette personne disait être troublée. "Le silence", dis-je au groupe, "est un berceau constitué d’une sorte d’armature primitive dont chacun de vous est un élément." ..."Vous avez tous ensemble créé ce berceau de silence pour contenir deux personnes en conflit et pour leur fournir un support." Cette image apaisa tout le monde et, alors que nous étions assis ensemble, je réalisai la vertu et le caractère sacré du silence parmi nous. Le silence cristallin "soutint" les cris qui suivirent. Il créa un filet pour ces personnes qui étaient en colère et, plus tard, il les aida à se réconcilier.

Les cris et le silence, le conflit et la paix intègrent ensemble dans un groupe les forces provocatrices, et évocatrices.

La Gestalt-thérapie n’est pas seulement un art, mais, à son apogée, dans sa forme la plus pure, elle est une pratique soutenue par la présence d’un esprit, d’un dieu parmi nous. Le contact remplit l’espace entre nous en une union primitive. Cette union touche toute l’étendue des rapports humains tels que pleurer, crier ou être simplement assis ensemble. Le contact n’est pas la construction artificielle d’une manipulation - il émerge d’une profonde acceptation contemplative de notre dilemme humain d’être au monde. Le dilemme est vécu différemment par chacun et doit être vu et ressenti par les autres, avec respect, voire vénération.
En vieillissant (je viens d’avoir soixante ans) je me trouve aussi attiré par une position de retrait, de contemplation, d’intériorité et de silence, comme je l’ai été par l’excitation, la mobilisation de l’énergie, le mouvement (et sa choréographie) et le contact. Expérimenter le silence et le calme, c’est tout aussi enrichissant qu’expérimenter le mouvement, les cris qui réclament de l’aide et du contact.

Ces articles ont été écrits sur une période de vingt ans (ou plus), et reflètent ma lutte à devenir un être mature et mon chemin en tant que thérapeute.

Je remercie Dominik Reinecke et Elaine Tournesac et les collaborateurs de Gestalt-Académie de leur intérêt pour mes idées et mon travail.

Joseph Zinker

Cleveland, décembre 1993

Joseph Zinker, 2004